La beauté en parfum, entre virtuosité et émotion

La beauté en parfum, entre virtuosité et émotion

Voilà bientôt quatre ans que l’Olfactorama s’est donné pour ambition de partager sa passion, ses convictions et sa vision sur la parfumerie avec les acteurs professionnels, mais aussi les amateurs et le grand public. 

À ce jour, l’action principale de l’Olfactorama s’organise autour des sélections effectuées par les fondateurs de l’association, et des récompenses décernées à partir de cette sélection par son jury d’experts, de journalistes et de professionnels indépendants.

Tous les ans, si notre démarche est la même, son organisation et son fonctionnement s’affinent et s’améliorent. Aussi, cette année, nous avons décidé de nous rendre plus accessible en participant au salon Alternative Fragrance & Beauty. À cette occasion, nous proposerons aux visiteurs du salon de vivre en direct le processus d’évaluation à l’aveugle des fragrances grâce au Perfume Blind Test, organisé par nos soins pendant les trois jours du salon.

 

L’autre grand évènement à noter cette année, un battement d’aile de moustique à l’échelle de la planète, mais un ouragan dans le petit monde de l’Olfactorama, est la redéfinition des catégories dédiées à la parfumerie confidentielle dans notre liste de sélection. En effet, en 2016, la catégorie Enthousiasme change et devient Émotion, au côté de la catégorie Virtuosité qui conserve son nom. Jusqu’ici, rien d’extraordinaire. Mais cette redéfinition partielle des contours de notre Prix est l’occasion de revenir sur des points qui nous semblent essentiels pour comprendre notre démarche, et aborder la parfumerie d’un oeil plus acéré, pour ne pas dire plus critique.

Dès la première année, la question s’est posée de savoir comment aborder la parfumerie de niche, ce pan hybride du secteur, devenu d’années en années de plus en plus important, et en progression constante. En effet, comment aborder la niche ? Dans quelle catégorie doit-on la mettre ? Nous nous heurtons ici à la difficulté d’appréhender un phénomène non-prévu par le système, un écueil que connaissent bien les amateurs, les marques et les parfumeurs lorsqu’il est question de « classer » un parfum. Débattre de la classification des parfums est probablement aussi dangereux que de parler politique en famille au dîner de Noël.

Depuis la naissance de cette parfumerie alternative / confidentielle / hors des sentiers battus, les marques qui s’en réclame articulent presque systématiquement leur discours autour de l’idée d’une proposition et d’une expérience qui seraient différentes, par comparaison, à ce qui se trouve habituellement dans les circuits traditionnels. Ainsi, la parfumerie de niche ferait des propositions plus qualitatives, plus luxueuses en somme, à tous les niveaux : flacon, parfum, expérience d’achat…

Pour l’Olfactorama, l’angle principal pour juger de la qualité d’un parfum est… son odeur. Nous pensons même qu’il devrait être l’angle principal. Ainsi donc, découper le secteur confidentiel selon les moyens financiers à disposition des marques ou les critères de notoriété n’avait et n’a toujours pas de sens. C’est pourquoi, en dehors du découpage très classique de la parfumerie grand public (féminin, masculin, mixte) qu’il était difficile de contourner, l’Olfactorama a choisi d’aborder la parfumerie confidentielle pour ce qu’elle prétend être : une parfumerie de qualité sur le plan olfactif.

Nous sommes même allés un peu plus loin. À l’Olfactorama, nous sommes convaincus que le rôle du parfum est de transmettre / véhiculer la beauté en odeurs. Or, d’où vient la beauté dans une oeuvre olfactive ? Sans prétendre apporter une réponse complète, nous pensons que deux éléments peuvent nous mettre sur la voie :

ballet-895059_1280

Un parfum vous transporte lorsque le parfumeur a su mettre un oeuvre un talent d’exécution, une habileté particulière dans la réalisation mise en place et choisie pour son parfum, qui touche à la grâce.

dance-205978_1280

Ou alors, un parfum vous transporte lorsque la sincérité du geste, l’authenticité de l’assemblage et la fraîcheur de l’image choisie surgissent du flacon sans crier gare, saisissant votre coeur par surprise.

Nous parlons peu ou prou de virtuosité et d’émotion. Or, si la virtuosité est une notion respectable, car liée à l’idée de travail acharné ou de talent exceptionnel, l’émotion a moins bonne presse. Elle est parfois considérée comme brutale, non éduquée, non-intellectuelle à vrai dire (un peu comme l’odorat, non ?). Nous avons ainsi hésité à nommer une catégorie de l’Olfactorama, Émotion, comme s’il pouvait y avoir une opposition avec la Virtuosité, comme l’une était moins valable que l’autre. Désormais, nous souhaitons soutenir le contraire. Nous voulons redonner à l’émotion ses lettres de noblesse en parfumerie, pour qu’elle ne soit plus un mot-valise automatique dans le discours des maisons de parfums, ou une excuse derrière laquelle on se cache pour éviter de parler de beauté, d’art, de créativité et d’esthétique en parfum.

Car la beauté en parfumerie naît et naîtra toujours de ces deux éléments qui se conjuguent superbement dans une création réussie. Il arrive cependant que sur certains parfums, un élément soit plus visible que l’autre, méritant que l’on s’y attarde, que l’on en discute. C’est tout l’objet de ce découpage que vous découvrirez dans les semaines à venir et dont, nous aurons l’occasion de vous reparler avec grand plaisir.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *